Oscars Césars , et nous?

28 02 2009

En faisant preuve d’un peu d’imagination, nous pourrions en inventer d’autres tout aussi narcissiques pour chacun d’entre nous. Ne sommes nous pas tous de vrais acteurs ? Fiers de nos plus beaux rôles, introvertis ou extravertis, ne paradons nous pas en quête de notre essentiel : Etre reconnus pour ce pas grand-chose extraordinaire qui est nous.

Se féliciter est un exercice difficile mais revigorant. Recevoir l’éloge des autres est un moment d’humilité souvent indigeste. En se promettant de nous congratuler réciproquement, nous aurions tout à gagner. Nous pourrions organiser chaque jour nos cérémonies rien que pour nous, rien qu’entre nous. Nous nous succéderions sur des scènes imaginaires soir après soir. La jambe humblement hésitante, pour monter les marches, nous rassemblerions notre courage. Nous jouerions la comédie pour récompenser la comédie…Smoking de location, robe somptueuse, nous aurions la démarche alerte, les gestes délicats, soi disant naturels et improvisés. Notre fausse gène serait indissociable de l’émotion réelle. Parce que nous en avons tous et toutes rêvés, nous nous prendrions au jeu. Etre au centre de l’actualité. Avec ou sans hypocrisie. Fiction et réalité seraient interconnectées. En souvenir du jour où cela nous était déjà arrivé. A quatre ans sur la scène d’une salle de fête de l’école maternelle, sous le regard ampli d’amour d’une famille inconditionnellement acquise à la cause : la Nôtre.

A l’heure du grand jour, nous prendrions l’après midi pour nous préparer. Coiffure revisitée, fond de teint en couches superposées pour éviter de transpirer, la respiration haletante, nous nous avancerions vers le pupitre des orateurs.

Sourire d’autosatisfaction à demi masqué par un implacable salut vers le peuple des applaudisseurs, nous n’aurions plus l’impression que c’est trop beau pour être vrai. Le meilleur serait à notre portée. Nous nous offririons un excès d’adrénaline, peut- être même une Standing ovation. Nous délivrerions un discours magique, emplit d’émotion. Chaque mot prononcé aurait la bonne intonation. Nos jeux de mots seraient légers comme des midinettes, nos émotions rares et essentielles. Brillants, sans paillettes à l’ouverture des enveloppes annonçant nominés et nominettes, nous parviendrions à éviter de nous étaler sentimentalement parlant. Nous remercierions dignement. Mère, grand-mère, divine inconnue rencontrée un soir d’oubli, ou frères et sœurs. Mon dieu, ce serait le bonheur… Nous retransmettrions ces séquences sur facebook. Pour nous faire de nouveaux amis qui n’en seraient pas vraiment. Nous créerions des groupes de fans, en veux tu en voilà. Nous pourrions inventer une rubrique applaus. Pour faire comme si. Tu serais mon ami, pour un soir…tu m’applaudirais. Je serais ton acteur fétiche, prêt à te couvrir d’éloges mérités. A ton tour, tu me congratulerais. Et je te renverrais la balle. Je te parlerais de mes sponsors qui m’ont tant aidé. J’enverrais mes meilleures photos dans ta galerie. Je me fendrais d’un sanglot, d’un regret, d’un souvenir, d’un hommage. On a tous au moins un mort caché à faire surgir de nos albums d’enfance. Dont l’évocation, trémolo dans la voix, ferait fondre nos meilleurs ennemis.

A la nuit tombée, nous n’arriverions pas à dormir. La sérotonine emplirait nos neurones. Les mots merveilleux se répéteraient à l’infini comme des moutons sautillant

…..Et le gagnant est : ……!

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :