Je serai ton architexte.. tu seras mon ingénieuse.

15 04 2009

Je serai ton architexte.. tu seras mon ingénieuse. Chaque jour pour nous reconstruire, je chercherai nos lignes de forces. Tu redessineras l’épure de nos fondations. Je te réinventerai, comme on épelle un mot cher, toute en consonnes et voyelles. Tu me croqueras la trogne, comme on pèle une pomme, à coups de pinceau tendresse. Sans gommer nos caractères, je dépeindrai nos petites manies. Sans te moquer de nos manquements, tu éplucheras nos envies. Je te soignerai les angles. Tu m’arrondiras le moral. Je te sonderai le langage en profondeur. Tu te feras métaphore. Matin après matin, nous nous métamorphoserons. Tu seras ma mutante. .Nous nous surprendrons sans cesse. Je serai ta missive. Je serai au porteur. Je te placerai en tête de mes attentions. Tu feras attention à nos têtes à tête. Motus et bouches cousues. Notre silence sera d’or. Tandis que nos paroles non dites s’envoleront, nos écrits s’enflammeront. Tu me diras nos châteaux en Espagne. J’échafauderai des plans sur chaque comète.. Je ferai tout pour être comique, pour donner du corps à nos mots d’esprits.. Tu me donneras tes paroles contre la mienne. Nous plafonnerons nos subconscients à l’interdit acceptable. Nous résisterons à la démesure alors qu’elle sera à notre portée. Nous donnerons tournure aux encornures. Toutes nos portes fermées s’ouvriront. Comme autant de ponts magiques sur nos lignes de vie. Envies désirs et passions se rejoindront à l’horizon de nos rires. Notre maison sera solide. Aussi solide que le ciment qui nous relie, parce que nous deux… c’est du béton.

Publicités

Actions

Information

2 responses

11 05 2009
Hostyn Jean-Paul

Quelles lyres envolées se sont donc permises d’enchanter les cieux de si belles bribes d’amour. Quelle ascendante synergie mon cher Patrick ! Tu as le verbe haut et le propos profond et cet art de rendre toujours plus beau les babilles qui réchauffent nos coeurs.
Allez, c’est joli ce que t’écris ça m’a fait pleuvoir dans mon moi… c’est une image hein…

11 05 2009
Hostyn Jean-Paul

Allah mour en mai, divin pondeur de fulgurantes tendresses. Sève ascendante de complicités coquines. Quand les fleurs sont de la partie, le hachis parmentier se consomme en dentelles d’empathies et en crécelles de joies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :