Bye bye badman….

26 06 2009

Tu as balancé ton swing bad man. Pendant cinquante printemps et des poussières. Quarante sur les planches, danseur étoile. Cheveux crollés. Pour terminer pantin brisé à la couleur douteuse. De sexe androgyne. Lifté comme une vieille ratée. Fantôme déglingué de prince charmant. Tu n’arrives plus à te réveiller ? Le monde t’a échappé. Comme Blanche Neige.

Tes dollars inondaient la terre. Tu as même racheté les Beatles. Après avoir été superlatif musical, tu as versé dans la guimauve, roulé dans la farine. Usurpateur de rêves d’enfants, malgré toi ? Tu as frisé la déchéance. Un vrai parc d’attraction à toi tout seul. Généreux comme pas deux. Capable de négocier certains silences. Cela faisait quelques années que tu avais du mal à te respirer, soul man. Réclamé par tes fans, tu refaisais surface de temps à autres. Ce n’est pas ta première réanimation. Quelques come back foireux avec remise à flots. Des coups magistraux. La générosité d’un roi et sa tyrannie. Tu vas manquer aux enfants malades, bambi. Reviens ! Tu t’étais déjà perdu dans la forêt des hommes, pop man. Remonte une dernière fois, ta main sur ton entrejambe. Balance moi une de tes audaces rythmées. Une composition de ton acabit. De celles que personne n’imagine encore.

C’est dommage, t’as fini de jouer. T’es mort. La meute de tes fans va s’arracher tes fringues. Tu vas te faire vendre aux enchères avec tout ce que tu as touché. Des milliers de people vont te saluer et parler d’icône et d’immensité en versant larmes et fleurs. Face à tes dettes abyssales, ta musique est notre héritage. Rock comme une symphonie. Le génie pardonne les égarements. Tu as sublimé les notes en les rendant mutantes. A nous deux on est le monde. Personne ne pourra nous le retirer. Tu vas me manquer. Mais je ne pleure pas. Je suis content pour toi. Tes démons ont quitté le thriller d’enfer qui te gâchait la vie. Tes tourments sont finis. Je me sens bien. Encore trente trois petits tours et puis s’en vont….

Publicités




« Rien à voir avec de la déprime existentielle »

15 06 2009

L’hirondelle n’est plus au dessus du toit. Le hussard non plus. J’irais bien hurler à la lune. Comme un bon loup garou. Mais j’ai perdu la foi du prédateur. Juste envie de pisser. Plus question de me battre pour un territoire. Je persiste par atavisme… pas par survie. Je suis le dernier des concombres masqués. Super résistant en costume de premier communiant. Personne n’arrivera à me bluffer. Je connais l’imposture comme ma poche. Et par ces temps de crise….Plus moyen d’être dupe. J’ai l’étoffe d’un héros. L’instinct fatigué du déserteur romantique. Comment résister à votre pire ennemi?  Ce type dépressif  dans le miroir qui vous ressemble comme deux gouttes d’eau. Alors que le paradis se cache  tout bêtement dans les détails de la partition.  Entendez-vous  le rythme de mes décalages ?  Sans les mains…sans  instrument. Passé cinquante piges, la fatigue s’attaque au moral à mon corps défendant. Ce dernier ne discerne plus ce qu’il défend. Mon dos en prend par-dessus la tête. Les contre-ordres se succèdent en désordre. J’ai l’adrénaline qui bouille à plein régime et le cœur qui joue des castagnettes. Tout va bien succède à l’envie morbide. Sur courant alternatif, je ne tiens pas en place. Demain, c’est promis, j’irai renouer avec l’espoir. Demain tout sera merveilleux. Demain n’engage à rien.  Je jetterai du pain au canards ou aux hélicoptères. Je décollerai du plus haut du plus fou de mes rêves. En courtes culottes ou en smoking, je me ferai mondain ou mendiant ou les deux en même temps. Capable de parler de tout comme un avocat véreux  ou de jouer de l’harmonica pleurnichard dans un western spaghetti. Mes Santiags gratteront la caillasse sur les routes de Memphis ou de Macao. Je serai enfant camionneur au cœur fragile. Gitan grisonnant distillant  ses « ola » comme on offre sa tendresse…Je collectionnerai les pinups découpées dans de vieux calendriers jaunis. Je tatouerai « à ma maman » sur mon épaule  musclée. En souvenir de la pluie, des grêlons et des timbres du roi Albert, je ramasserai les souvenirs d’enfance à la petite cuillère. Je les déverserai à la mer. J’irai manger un sandwich mou sur la tombe d’un poète au long cours. Le coucou qui sonne les espoirs insensés s’endormira enfin.

Fini l’addiction aux images de la télévision. Le zapping passera en zone interdite. Mes doigts boudinés retrouveront le chemin du clavier libéré. Hors mon fauteuil avachi, comme son maître, je profiterai de mots balbucinants. J’écrirai les interdits.  Je me sais capable de tout. De rediriger un satellite. De me mettre en orbite. D’être  mon propre  spoutnik. Homme caviar, généreux donateur de leçons. Prophète et manipulateur. Machiavélique et doux comme un agneau en côtelettes. J’irai où la folie des hommes s’arrête. A cheval sur l’horizon, sans tambours ni trompette, jambes écartées, je crierai l’espoir à mille et une générations. Tout n’est pas foutu. Hier n’était pas meilleur. Les radoteurs ne vaudront jamais tripette. Vivent les imposteurs, les prometteurs de beaux jours, les doux rêveurs et les bonimenteurs…

En face de chez moi, un merle moqueur se lance dans un blues improbable. Pas dupe, le chat  se lèche les babines. Quelques notes de plus, monsieur le merle ….pour finir mes fraises… je vous en prie. Le jour s’approche. C’est magnifique ! Accrochons nous !





File ou fais la file…

7 06 2009

Les bureaux de vote se gonflent et dégorgent d’une foultitude. Bigotes et grenouilles de bénitiers se mêlent aux agnostiques et aux athées. Alcooliques et vétérans passent à tour de rôle sans trop se bousculer.  Des handicapés croisent des  trop bien portants. Belles de jour ou foudres de guerre, tous font la queue. Prouvent leur identité réduite à sa plus simple expression. Un nom sur une carte à puce. L’assesseur barre un inconnu sur la liste. Tant de gens que je ne verrai plus jamais. J’avais oublié que nous étions si nombreux sur cette planète.  Plus souvent derrière nos murs que dans les rues. Une foultitude même pas endimanchée. Est-ce que tout foutrait le camp ? Nos hommes politiques auraient ils démérité ? Cumulards, beaux parleurs, magouilleurs et demeurés se seraient ils  multipliés comme  mauvaises herbes ? Au point de faire passer la démocratie pour une démocrasseuse ? Scandales et corruption, mafia et démission ne seraient ils plus réservés aux  pays pourris des dictatures?

Où sont les vrais, les idéalistes altruistes et autres Don Quichotte ? Vont ils être remisés aux oubliettes face aux malins poujadistes aux raccourcis médiocres ?

La peur et  l’insécurité auront-elles raison de nos intelligences ancestrales de cohabitants attentifs et partageurs?

Pour qui ou pourquoi voter ? Dans tous les cas, pour des cons… promis !  Pour un changement qui n’en sera pas un. Malgré les discours convaincus et parfois convaincants de nos politiques. Paradoxe démocratique qui donne le temps au temps. Evitant l’abus d’un discours à sens unique, il nous restera le fade  mélange de  programmes détricotés. Après un accouchement que nos hommes politiques  tenteront de faire croire  douloureux. Nous générerons un pouvoir qui se limite plus qu’il ne milite.

La preuve, tous nos élus seront de la partie. La plupart ; non pour pouvoir mais pour « le pouvoir ».

Pour ma part, je vote pour le parti d’en rire plutôt que d’en pleurer.

Depuis tout petit, j’affiche mes convictions : je ferai l’apolitique quand je serai grand. Je mettrai mon nom en grand sur les palissades avec la mention « je ne suis pas un numéro ». Je me battrai pour l’essence des choses.

Ce matin, j’aurais aimé choisir  la liste dont le programme aurait été de donner du sens.  De se pencher sur des valeurs autres que financières pour gérer nos vies.  Quel autre choix après la cacophonie d’un système économique malade de ses déchets autant que de ses spéculations virtuelles mais frauduleuses ?

Chers concitoyens … la poli tique taque toque a envahit les murs de nos villes.

Ce n’est par parce que nous sommes concitoyens que nous devons obligatoirement nous comporter comme des citoyens cons ! Personne n’est obligé de croire aux promesses, ni à la grande illusion,  mais chacun garde le droit de rêver. A gauche à droite au centre ou à l’envers. Peut on rêver  meilleur  palindrome ?

C’est facile de critiquer, me direz- vous. Il ne faut pas être trop dur. Avec l’âge, c’est paraît il de plus en plus  pénible,  d’avoir une bonne élection. Nous sommes tous les victimes de mini stres(s). D’autant qu’en Belgique c’est souvent une affaire de cu..mul  qui crée la débandade.

Je vous le garantis, même les partis perdants  trouveront  un angle victorieux à leur défaite. Qui serais je pour commenter les résultats d’un vote? A vot’ bon cœur messieurs dames et, de toutes façons, co lo meilleur gagne !