En vœux tu en voilà !

31 12 2009

En vœux tu en voilà ?

Je  vous présente mes meilleurs vœux…. And so what ? C’est un peu court,… Parmentier!

La formule est polie, jolie, mais manque pour le moins de concrétude, et qui sait de  véracité. J’aurais pu tout aussi bien abuser d’un « bonne année, bonne santé » Plus convivial mais tout aussi usé et passe partout… En toute honnêteté, j’éprouve de grandes difficultés à éviter les poncifs, phrases toutes faites et autres banalités d’usage. Si je ne peux vous offrir que le superflu, c’est sans doute parce que je me réserve inconsciemment l’essentiel ?  Ou alors c’est ma générosité qui souffre de s’imposer à date fixe?

Allons du punch ! Un réveillon sous entend se réveiller. Produire l’effort requis pour sortir de ses marasmes récurrents, ses défaites auto destructives  ou ses sommeils idéologiques.

Tâchons de trouver  la formulation sincère ou l’acte qui fait sens. Les medias nous ont habitué à communiquer sans fondement, sans engagement mais de façon ostentatoire pour se faire remarquer. Etonner, pour se faire remarquer, mais sans être remarquable…

Ecartons le bancal avec emballage cadeau certifié. Evitons, de surcroît,  le sensationnalisme, même de bonne intention. Comme le prince endormi pour une nuit sous les ponts avec les sans  abris…

Inutile de tergiverser, je me lance. Comme un preux chevalier, mais conscient de mon âge. Si mes vœux s’adressent en priorité aux veuves et orphelins qui dorment dans ma mémoire, je ne pourrai esquiver le trop plein émotionnel. Je vais me contenter de petits souhaits légers comme….

–         Voici quelques  bisous  bougie qui ne polluent pas pour une année qui vous illuminera.

–         Je vous la souhaite sapin câlin qui ne perd pas d’épines.

–         Que votre balade passe par Copenhaegen tout habillé de vert et si votre chemin passe par le start,….

–         Que trente six chandelles vous entraînent vers l’amour improbable

J’ajouterais quelques conseils

–         Méfiez vous des petits Jésus en sucre, friandises favorites de certains prêtres en mal d’amour.

–         Ronronnez tant que vous le pouvez. Donnez vous du bien.

–         Faites leurs, confiance. Cette année, c’est promis, vos mecs seront à la hauteur.

–         L’herbe est sans nul doute plus verte ailleurs. Mais quand on a visités tous ces ailleurs, il reste le « ici et maintenant ».

A l‘envers ou à l’endroit, je vous la souhaite excellente.

Car cette nouvelle année vous offre généreusement trois cent soixante cinq nouvelles chances

–  de prendre de l’assurance plutôt que d’en souscrire une nouvelle

–  de caresser, s’il l’accepte,  un animal en voie disparition

–  de signer au minimum une pétition qui fait sens

–  de poser un acte révolutionnaire constructif

–  de pousser le pape avec respect dans les bégonias…  sans préservatif

–  de tenter l’impossible et de vous y tenir

–  de faire la nique aux poujadistes et autres roublards qui voudraient nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

–  de répandre des rumeurs incendiaires, de faire acte de mauvaise foi ou de mauvaise haleine

–  de débattre sur la pertinence et les dangers des réseaux sociaux,

–  de faire état répété de vos maux compulsifs

–  de  faire l’amour en le réinventant

–  d’offrir un bouquet de fleurs de poésie

–  de découvrir une saveur incongrue par étape et  avec émotion

–  de rendre concret un de vos rêves les plus insensés…..





Bruxelles sur son trente et un…

14 12 2009

Bruxelles sur son trente et un…

Ca chine du côté des beaux arts. Le square sent le lampion. Le péril jaune s’expose en nos murs. L’art est dans ses petits souliers. Surtout le beau ou plutôt le bo… pour bobo à rassasier. L’art sur murs, sur étagères est dans tous ses états. Et moi et moi et moi…. Sous le regard du lotus bleu, je cherche le reporter controversé de mon enfance. J’ère en quête d’un grain de folie ou de beauté. Prêt à offrir ma vie pour un empire.  Je ne suis pas du milieu. Mes romans ne sont ni petits ni rouges. Vivent les autocritiques et la révolution.  A la tienne… amen !

Je serais du type lanterne rouge….dénigrant l’odeur du Dragon quant cela commence à sentir Noël, le boudin, les huîtres et le marron chaud. Quand les guirlandes de lumière des avenues chics et chères snobent celles des rues chiques et chaires. J’aurais tendance à fuir…Quand vadrouille et débrouille rythment avec tout est faux. Quand ersatz et pacotille s’affichent aux vitrines. Courage et attrape nigauds pour  volontaires et abrutis?

Face aux puristes, aux bonimenteurs et aux arnaqueurs, quelques ambassadeurs héritiers du surréalisme, m’offrent un zeste d’autodérision en emballant leur marchandise. Laurent me fait goûté son chocolat aux saveurs honnêtes amplifiées d’origines, Grand-place.  Eric, au numéro cinq de la galerie du Roi,  sabre son Jéroboam dans sa champagnothèque éphémère.

Hors exceptions, ça bouchonne de partout. Devant la Bourse, l’argent prend l’odeur de cuisine des aubettes. A la queue leu leu…chacun débourse, s’achète et se vend des souvenirs qui n’en sont pas. Alors que les tramways ont été cachés sous la terre, de flech is af. Notre poésie à cinq francs a rendu l’âme face à l’euro qui en  vaut tout de suite quarante et quelques chouyas. Mais nos touristes sont bons enfants. Comme ils sont là pour dépenser, ils assouvissent leurs pulsions. Et nous les imitons. Et un cadeau pour maman, et une cuillère pour papa. C’est inscrit dans nos gènes. Et quand il y a de la gène… Madeleine elle aime bien ça.

Les vitrines mettent le reflet de nos femmes en lumière. Nos filles ont la saveur de nos métissages. Nous avons oublié que nos émigrés sont notre seule richesse. Et comme nous avons l’habitude de la gaspiller…Nous les laissons  entamer des grèves de la faim sous l’œil goguenard de nos boutiques gorgées de friandises. En attendant la loi promise comme on entend des voix. Ils dorment sous la tente et sous les ponts des grands travaux inutiles. Il n’y a que pour eux que le réchauffement du climat a du bon.

Je regarde chaque pavé de Bruxelles. Il n’y en a pas deux identiques. Y aurait il une plage sous l’un deux? En creusant, vais-je trouver ces catacombes où les cadavres de  promesses non tenues s’entassent?

Emmêlées à nos paroles, nos trahisons et nos joies ne s’envoleront pas. Elles s’enliseront dans le marais ou sous le bedon du père Noël. Sous les apparences d’un sapin qui aurait les boules. Rumeurs et malveillance. Médisances et mensonges.  De quoi remplir mille et un numéros de Voici ou de Paris match.

Petit jour au carrefour de l’entrée du bois. Un jongleur matinal s’escrime  à m’offrir son  spectacle. Quelques euros et trois sourires pour une bouffée de regards majoritairement indifférents  ou méprisants. Saltimbanques, ménestrels  et mendiants se multiplient. Plus moyens de cacher ceux qui, pour l’instant,  ne nous ressemblent pas. Pauvres, clochards, fous, handicapés, malades. Noël se conjugue à la soupe populaire. Poussez- pas ! Faites la file ou louez un costume.  Chacun se débrouille comme il peut en espérant subsister sans être sous la coupe d’un profiteur.

Des milliers de passants en entraînent d’autres qui marchent, admirent et s’agglutinent dans la bonne direction. Celle du flux, des restaurants de passage. A peine le temps de manger que le serveur vous débarrasse  la table pour renouveler le client.

Des couples de toutes tailles se sourient et se tiennent par la main. Les dessous de fête se devinent sous les manteaux. Le froid pince aux joues qui se colorent. L’heure est aux projets. Aux soupirs, aux grands pardons. Aux envies de partager cette chaleur qui fait défaut.