J’en tremble.

17 01 2010

Moi aussi, j’en tremble. Mais sans conséquences. Devant ma télé. Voyeur bien au chaud, je m’acquitte de quelques larmes qui dédouanent. C’est triste. Niveau sept  sur l’échelle des tremblements émotionnels.  Emouvant. Poignant. Comme un tsunami. Les images défilent. Tout le monde en réclame. Boulimie d’images. Satanées images. Saletés d’images. La misère des autres se consomme  bien. L’audimat s’enflamme. J’ai honte. De nous, de mon impuissance. Je me sens lamentable. Partir et offrir mes doigts inutiles. Ni médecin ni infirmier. Tout juste bon à encombrer. A peine arrivé, il faudrait me rapatrier.

Car sur le tarmac, nos avions s’envolent. Et nous ramenons nos belges. Chaque gouvernement s’occupe de ses belges. Sauf Haïti, décapitée, qui n’arrive pas à panser ses blessures. Priorité….Alors que des dizaines de milliers de blessés attendent un avion pour aller se faire soigner sur une île voisine.  Il paraît que nos sauveteurs arriveront même à sauver à temps quelques indigènes…Priorités. Pillages. Emeutes. Rien à manger. Qui peut juger ? Comme toujours, dix mille soldats américains vont venir tout régler. Méfiance. Leurs interventions sont rarement sans conséquence. En attendant, leurs hélicoptères lâchent des paquets de vivre sans se poser. Moi aussi, je me battrais pour ramener de quoi manger à mes enfants. De tous côtés, on va en faire des tonnes et en acheminer tout autant. Les grands de ce monde vont rivaliser pour se montrer à la hauteur. Balais médiatiques. Engagements et promesses de dons. Mobilisation générale et magnanime pour une magnitude inattendue.  Nos vedettes vont se réunir dans un studio. Trois minutes de chansons pour la postérité et pour la cause. Récolter des centaines de millions de dollars. Sans annuler la dette.  Chacun versera son obole. Nous payerons notre tribu.  Mais  l’eau fait défaut. Et le sens. Et la leçon, que nous n’avons à recevoir de personne. En attendant la prochaine occasion d’émotion commune. Car nous oublierons. Comme toujours.

Mais pas nos sauveteurs. Toi, oui… toi non…Comment vivre avec le souvenir d’avoir du choisir ?

Combien de fois faudra-t- il que la colère de la terre s’enflamme encore pour que les hommes aident les hommes, sans y être contraints ? Parce que, à Haïti,  les bidonvilles et la misère ne dataient pas d’hier…

Publicités